Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

LA ROQUE Chevalier Jean de Voyage de l’Arabie Heureuse, Par l’Ocean Oriental et le Détroit de la Mer Rouge. Fait par les François pour la première fois, dans les années 1708, 1709 & 1710.

VENDU

Paris, Cailleau, 1716

In-12 (164 x 92 mm) de 8 ff.n.ch. (dont le titre), 403 pp., 6 ff.n.ch. (table et privilège). Veau moucheté, tranches rouges, dos à nerfs orné (reliure de l'époque).

Catégories:
3500,00 

1 en stock

Gay, 3680 ("curieux ouvrage") ; Atabey, 673; Bitting, 274 (pour l'édition d'Amsterdam).

Édition originale.

Le Voyage de l’Arabie Heureuse présente la particularité d’avoir été rédigé par Jean de La Roque, orientaliste, écrivain et éditeur scientifique à partir des journaux tenus par les participants de l’expédition : journaux de bord ou encore journaux de marche. Jean de La Roque restitue à merveille les péripéties des longs voyages qui permettaient de rejoindre le Yémen. Il évoque ainsi la vie difficile des marins lors des traversées, liée à la discipline de fer qui régnait à bord et à l’alimentation carencée. De même, il évoque les escales à terre, parfois heureuses, notamment à Madagascar ou Socotra, parfois désastreuses comme en Abyssinie où ils se heurtent à des naturels hostiles. Les marins recrutèrent souvent des autochtones qui seuls savaient mener l'expédition à bon port. Le Voyage de l’Arabie Heureuse comporte le récit de la première expédition de 1708-1710, ainsi que celui du "Voyage de Moka à la cour du roi d’Yémen entre 1711 et 1713".

Ces deux voyages répondent à des préoccupations commerciales. Si le premier récit évoque plutôt les contacts noués avec la population autochtone dans les villes portuaires, à l’exception notable du négoce du café dans l’intérieur des terres, à Bayt al-Faquih, ainsi que les observations que les Français glanent ici ou là sur leurs hôtes yéménites (gent féminine, commerçants au souk, grands personnages), le second récit nous fait découvrir le Yémen intérieur et décrit par le menu les relations diplomatiques nouées entre Français et Yéménites. Enfin, ces deux récits sont complétés par un mémoire sur le café, le "Traité historique de l'origine et du progrès du café, tant dans l'Asie que dans l'Europe ; de son introduction en France, & de l'établissement de son usage à Paris", dont la culture restait jusque-là fort mystérieuse.

Ornée d'une grande carte gravée dépliante et de trois planches dépliantes qui illustrent le caféier et ses fruits.

[Suivi de, en reliure uniforme :]

[LA ROQUE, Jean de]. Voyage fait par ordre du roy Louis XIV dans la Palestine, vers le grand Emir, chef des princes arabes du désert, connus sous le nom de Bédoüins, ou arabes scénites… Avec la description générale de l'Arabie, faite par le sultan Ismaël Abulfeda, traduite en françois. Paris, André Cailleau, 1717. In-12 de 16 ff.n.ch. (dont le titre), 316 pp., 1 f.n.ch., XIV & 76 pp., 4 ff.n.ch. de table.

Brunet, III, 850 ; manque à Röhricht.

Édition originale.

Elle est ornée de 3 planches gravées illustrant un cavalier arabe, le grand émir et sa princesse, et de la vue du "Camp des arabes sur le mont Carmel du costé de la ville de Caifa".

Très bel ensemble de deux éditions originales en reliure uniforme.

Provenance: ex-libris gravé de Claude Gabriel Doüet de Vichy conseiller au parlement.

Vous pourriez également être intéressés par ...