Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

MONTAIGNE Michel de Essais de Messire Michel, seigneur de Montaigne, chevalier de l’ordre du Roy, & Gentil-homme ordinaire de sa chambre, maire & gouverneur de Bourdeaus. Édition seconde, reveuë & augmentée.

VENDU

Bordeaux, Simon Millanges, 1582

In-8 (151 x 100 mm) de 4 ff.n.ch., 806 pp.ch. et 1 f.n.ch. (extrait du privilège). Maroquin rouge janséniste, dos à nerfs, bordure intérieure ornée d’une guirlande sertie de filets, deux filets sur les coupes, coiffes guillochées, tranches dorées sur marbrure (Chambolle-Duru).

Catégories:
85000,00 

1 en stock

La rarissime édition corrigée des Essais, publiée en 1582

Desan (Bibliotheca), 12 ; Sayce & Maskell, 2 : P.M.M., 95; Tchemerzine-Scheler, IV, 871 : “plus belle et plus régulièrement imprimée que la première” ; M. Françon, Les Essais de 1582, Harvard, 1969. Manque à Adams.

Deuxième édition corrigée et augmentée, d’une extrême rareté.

En juin 1580, las de ses années de retraite occupées à la rédaction et à la publication des Essais, Montaigne quitte son château et gagne Paris pour aller présenter son livre au roi. Il en repart en septembre, et engage un long voyage passant par l’Allemagne, la Suisse et enfin l’Italie. Il voyage pendant un an et alors qu’il se trouve aux Bains de Lucca, en septembre 1581, il reçoit une lettre lui apprenant son élection en qualité de maire de Bordeaux. Peu pressé d’entrer dans ses nouvelles fonctions, il retourne à Rome. Il y est nommé citoyen de la ville et ce n’est que le 15 octobre, qu’il décide enfin de rentrer en France. A son retour il décide de publier une nouvelle édition des Essais à laquelle il va faire quelques ajouts. 

Deux ans après la parution de la première édition qui renfermait les deux premiers livres Montaigne reprend son texte et y ajoute 34 additions et 16 citations nouvelles, dont 9 en italien (plusieurs passages concernant son récent voyage en Italie) En outre il y apporte plusieurs centaines de corrections – texte, style, orthographe, ponctuation, addition ou suppression de mots –, toutes relevées par Marcel Françon. Publiée alors que Montaigne vient d’être élu maire de Bordeaux – la page de titre fait d’ailleurs état de toutes les charges publiques de l’auteur, l’édition “permet d’abord la correction d’un texte passablement corrompu (c’est une nécessité pour Montaigne qui est bien conscient du travail bâclé de l’édition de 1580), mais elle représente également une opération commerciale pour Millanges qui a tout intérêt à s’associer au nouveau pouvoir politique de la ville dont il peut espérer recevoir des contrats d’impression, notamment pour le Collège de Guyenne. Par cette réédition des Essais de 1580, Millanges donne à Montaigne une visibilité accrue et une place de choix sur la scène politique locale et dans le milieu intellectuel bordelais” (Philippe Desan), et le volume fut très soigneusement imprimé avec des caractères choisis et d’une extrême finesse.

Bel exemplaire, finement relié.

Provenance : A.-N. Natural (ex-libris, cat. 13 mai 1987, n° 101).

Vous pourriez également être intéressés par ...