Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

BEAUMONT Gustave de Marie ou l’esclavage aux Etats-Unis, tableau des moeurs américaines

VENDU

Paris, Charles Gosselin, 1836

2 volume in-8 (207 x 130 mm) de 2 ff.n.ch., VIII et 396 pp. pour le volume I; 2 ff.n.ch. et 334 pp. pour le volume II. Demi-veau, dos lisse, tranches marbrées (reliure de l'époque).

Catégories:
150,00 

1 en stock

Sabin, 4188.

Troisième édition revue et corrigée.

Procureur du roi au tribunal de Paris, Gustave de Beaumont (1802-1866) fut chargé par le gouvernement d'aller étudier, avec Tocqueville, le système pénitentiaire américain. Les deux amis séjournèrent dix mois aux Etats-Unis. Ce voyage fournit à Beaumont la matière de cet ouvrage rédigé sous forme de récit romantique. Précédé d'une préface très documentée, le texte est enrichi de nombreuses notes historico-politiques. De données de statistique, notamment dans le second volume sur la "population libre et la population esclave aux Etats Unis depuis 1790 jusqu'en 1830" complètent cette œuvre, ainsi que des notes sur la population indigène.

"Livre hybride, original dans sa forme, mêlant romanesque, données journalistiques et étude sociologique, le tout nourri d’observations et de données statistiques. Si Tocqueville dressa le tableau des institutions politiques, de Beaumont, lui, a peint le tableau des mœurs américaines, le statut des minorités, les substrats religieux, idéologique et matérialiste de la société américaine. A propos non pas de l’esclavage, mais des rapports entre Noirs et Blancs, qui est le vrai sujet du livre, ce que Gustave de Beaumont nomme "l’obstacle éternel au mélange des races" voici ce qu’il écrivait, quelques 173 ans avant l’élection d’un Barack Obama : "D’après la loi, le nègre est en tous points l’égal du blanc ; il a les mêmes droits civils et politiques ; il peut être président des Etats-Unis ; mais, en fait, l’exercice de tous ces droits lui est refusé, et c’est à peine s’il peut saisir une position sociale supérieure à la domesticité. Dans ces Etats de prétendue liberté, le nègre n’est plus l’esclave ; mais il n’a de l’homme libre que le nom". De Beaumont voit loin ; très loin ! bien au delà de l’esclavage. L’esclavage peut-être condamné, aboli même comme dans les Etats du Nord, les préjugés persistent et règlent l’organisation de la société" (Musée national de l'histoire de l'immigration).

Reliures frottées.

Catégorie Étiquettes ,

Vous pourriez également être intéressés par ...